Léa - Lieu-Ecoute-Accompagnement

L’association LEA est partenaire de l’enquête scientifique réalisée actuellement auprès des victimes de violences par l’Institut national d’études démographiques (Ined). Vous êtes victimes de violences ? Témoignez et répondez à l’enquête de l’INED (lire la suite)

Accueil > Témoignages

Témoignages

Témoignages de femmes victimes suivies par l’association L E A

« Que dire pour ma part, une très belle histoire d”amour qui a commence’ avec un groupe de personnes très humaines. Il y a peu de gens de cette espèce, malheureusement, dans cette vie. Pour moi le début de mon histoire avec LEA s”annonçait compliquée, mais vous avez tout fait pour me trouver une petite place au chaud dans cette famille humaine qui est L E A. .. Merci à tous ceux que je connais, Ghislaine, Dany et surtout la directrice et ma psychologue Patricia, qui me fait le plus grand bien et qui est toujours à mon écoute, alors que ces moments de vie ne sont
pas les plus joyeux... Et dire que toutes ces personnes sont bénévoles. MERCI. »

E.R.

« Dans la vie il y a des moments de bonheur et des moments de tristesse. Dans le bonheur on trouve tout le monde à nos côtés, mais dans la tristesse, c”est difficile de trouver quelqu°un pour nous aider et nous écouter. Pour moi toutes les portes étaient fermées devant moi et j°ai trouvé L E A... Merci à Patricia, Dany, Ghislaine, Evelyne, Maryvonne. LEA pour moi c”est l”espoir et l”avenir. Grâce à LEA je peux continuer à vivre et penser à demain. »

R.M.

« On dit que dans la vie, il y a des moments compliqués, mais on oublie de dire que dans ces moments, il y a toujours une main tendue. LEA c°était cette main qui m”a prise avec mes enfants, dans les moments difficiles que j”ai traversé. Merci pour nous avoir redonné le sourire et aidé à avancer, merci pour votre accueil avec respect, compréhension et sans jugement. On vous gardera toujours dans nos cœurs, vous êtes notre étoile. »

A. T.

« Ce n”était pas dans mes habitudes de parler de ma vie et de me confier, mais j”ai accepté votre aide. C”est à ce moment là que j”ai pris conscience que je n°étais plus seule et que j°avais trouvé une seconde famille.

Je vous remercie, Patricia, Dany, Danièle, Clémence, Evelyne, Maryvonne, Ghislaine, Noria et Marie-France, d”être là pour moi, dans mes moments de tristesse et de bonheur et pour toutes ces femmes qui rencontrent de grosses difficultés dans leur vie.

Grâce à l’association LEA, je me reconstruis et j”espère que mon histoire donnera de la force, du courage et de l”espoir aux femmes pour s”en sortir et avancer. Lorsque vous n’avez plus rien, cela fait du bien d°avoir autour de vous des personnes qui vous redonnent confiance, qui croient en vous et ne vous jugent pas. »

N.M.

J’essaye de tenir le coup comme je peux, c’est parfois difficile, même si je suis consciente que le plus dur est passé !!!
Je n’oublierai jamais votre présence et votre aide pour moi, mais surtout pour mes filles.
Merci et encore bravo pour tout ce que vous faites.

S.H. Juillet 2015

Je m’appelle Carole. J’ai 40 ans et deux filles de 10 et 6 ans.
Actuellement je vis chez mes parents à la retraite pour payer les dettes de mon ex-mari ; 30 000 € à payer par le biais de la Banque de France.

Si j’en suis là, c’est grâce à Patricia et à l’Association LEA qui m’a soutenue et aidée lorsque ma vie s’est écroulée.

Auparavant j’avais un foyer stable avec une maison, des enfants, un mari que je pensais bon, aimant et de confiance.

Suite à son chômage et à ses mensonges, nous avons perdu la maison. Mon mari est tombé dans l’alcoolisme et la dépression.

A partir de là, je suis devenue le « bouc émissaire » de son mal être.
Le harcèlement moral avec insultes journalières nuit et jour, les violences, les coups qui m’ont valu quelques arrêts de travail.

J’ai supporté çà pendant 5 ans, cette atmosphère ou la seule solution envisageable, quand on est au fond du trou, c’est le suicide.

Pour que tout cela cesse enfin, le départ du foyer, on y pense, mais on a peur de l’inconnu, du jugement de la famille et des autres qui ne savent rien de l’enfer que l’on vit.

Pourtant un jour, le 24 décembre 2013, j’ai eu le courage de partir avec mes enfants. Je me suis échouée, démunie, sans rien, devant la porte de l’Association LEA.
J’ai rencontré des femmes formidables qui m’ont soutenue, aidée pour les démarches administratives ; elles m’ont présentée des bénévoles et une avocate qui s’est occupée de mon divorce ; mais également une Pédopsychiatre qui suit ma fille qui présente des troubles du comportement à cause de tout ce qu’elle a vécu et vu.
Les entretiens avec Patricia et les groupes de parole du samedi m’ont permis de me reconstruire émotionnellement, de reprendre soin de moi et goût à la vie.

LEA fait un travail essentiel. Grâce à cette association, les femmes recommencent une nouvelle vie, sans violence et avec des projets.

Ce sont des vies de femmes et d’enfants qui sont sauvées.
Je ne remercierais jamais assez l’Association LEA pour ce qu’elle a fait pour mes filles et moi. Je pensais ma vie finie et grâce à LEA, je pense à un avenir.

Carole Septembre 2015

Après à peu près deux ans de menaces, harcèlement et intimidation de mon ex-mari, avec une procédure de divorce depuis 2011, j’ai osé me présenter au commissariat pour déposer une main courante. C’était le grand jour pour moi ; me libérer de cette crainte de la violence exercée sur mes enfants et moi tous les jours et découvrir une affiche LEA montrant une femme pleurer.

Je me suis retrouvée dans cette image, car je pleurais les larmes de mon cœur au quotidien pour faire face à un bourreau qui m’a brimée et m’a enfoncée dans les ténèbres.

J’ai pris contact de suite avec LEA. La prise en charge a été rapide.
J’étais perdue, désorientée et vulnérable. Je cherchais des gens pour m’épauler et me guider. LEA m’a tendue la main, m’a redonnée confiance en moi et m’a soutenue à tous les niveaux.

Après un premier rendez-vous, j’ai senti comme une addiction à ce refuge psychologique, juridique et moral.

Les bénévoles sont d’une écoute et d’une attention exemplaires. Elles sont toujours là, par les mots, les gestes et les réponses rapides et efficaces.

Je ressentais le besoin d’aller voir Patricia qui me redonnait de l’espoir et l’envie de continuer à batailler pour libérer mes enfants des griffes de ce bourreau.

Elle a été présente à nos côtés dans tous les moments épouvantables de notre histoire.

Son soutien psychologique et juridique a fait des miracles sur nous tous.
LEA m’ai aidée à me relever et ne s’est pas lassée du suivi de mon histoire, au moment où tout le monde m’a tourné le dos.

Aujourd’hui je suis debout, j’ai décidé de rompre avec ma souffrance, de dévorer la vie et laisser l’échec derrière moi.

J’ai envie de donner et d’aider celles qui souffrent en silence et qui se battent pour leur dignité.

A.H. Septembre 2015

Mère au foyer pendant 18 ans, j’ai quitté mon mari après avoir subi des violences psychologiques et physiques. J’ai connu la rue, les hôtels sociaux, quand une assistante sociale m’a communiquée les coordonnées de l’Association LEA. En les rencontrant j’ai senti que je n’étais plus seule et que mon « calvaire » allait enfin s’arrêter.

Sans l’Association LEA, je ne sais pas ce que je serais devenue. Complétement désorientée et me trouvant dans une grande souffrance et précarité, LEA m’a accompagnée dans mes démarches administratives et m’a logée dans son hébergement d’urgence.

J’ai été prise en charge par la formidable équipe de bénévoles qui m’aide à me reconstruire psychologiquement et à reprendre confiance en moi.

Des groupes de parole sont organisés pour que l’on puisse évacuer nos souffrances et écouter d’autres témoignages de femmes victimes.

Il y a également des ateliers qui nous permettent de nous apaiser (art-thérapie, sophrologie) etc ....)

Un grand merci à l’Association LEA.

Merci d’exister et d’être là pour nous et toutes les futures femmes ....

Nathalie Septembre 2015

Je suis auxiliaire de vie, j’ai 26 ans et un enfant de 5 ans ; de nationalité malgache, arrivée en France en 2006, suite à ma rencontre avec mon ex-mari.

J’ai subi des violences physiques et psychologiques, des humiliations, harcèlements dès le début de notre union. Je pensais que c’était normal, mais au fur et à mesure, le temps passait, je déprimais et j’avais peur pour mon fils qui vivait et ressentait tous mes problèmes, mes angoisses et voyait la violence de son père envers moi.

J’ai eu connaissance de l’Association LEA, j’ai même eu un d’hébergement que j’ai d’abord refusé, pensant que cela traumatiserait encore plus mon fils si je le séparais de son père ...

Les violences ont continué, j’étais sous l’emprise de mon mari.

Alors en 2014, j’ai accepté l’hébergement « par l’Association LEA ».
Celle-ci m’a beaucoup aidé dans toutes mes démarches administratives. Un soutien psychologique très régulier m’a fait prendre conscience de mes difficultés. Je suis toujours hébergée, en attente d’un logement définitif.

Je continue le suivi par l’Association que je remercie, je vais beaucoup mieux, mais j’ai toujours besoin de soutien.

Le groupe de parole et la disponibilité des personnes m’apportent beaucoup.

U.D. septembre 2015

Je m’appelle Anastasie. Je suis française d’origine africaine (Centrafrique, Afrique Centrale, CRCA).

Je suis agent technique, je travaille à la restauration. Je suis mariée avec un homme qui est un pervers narcissique, depuis 29 ans et j’ai quatre enfants.
C’est un homme très fier de lui, hautain, orgueilleux, qui me rabaisse tout le temps. Il me dénigre. Ma façon de parler le français, de m’habiller, de me coiffer, tout est critique à la maison.

Nous discutons devant les enfants. Il me considère comme sa chose, comme sa proie.

J’avais demandé le divorce, mais il a refusé, alors je suis obligée de lui demander la séparation, il a dit non. Son but est de m’écraser et de me déstabiliser, mais Dieu est grand.

OUF. Grâce à l’Association LEA qui m’aide, je retrouve la paix et le calme de l’esprit.
Je remercie beaucoup l’association qui nous donne du réconfort, elle nous donne de la force et aussi l’envie de vivre à nouveau.

J’ai la paix et la tranquillité avec cette Association. Les bénévoles sont très gentilles, elles nous mettent à l’aise et prennent bien soin de nous.

LEA est un refuge pour moi, merci, merci, merci ...

Vraiment LEA c’est une protection pour nous les femmes qui somment faibles moralement, sinon il y aurait beaucoup de suicides.

Merci, merci encore à cette association.

A.K. Septembre 2015

Le 2 janvier 2013, j’ai quitté mon compagnon suite à des violences « conjugales » plus violentes qu’à l’ordinaire (hématomes à la tête, nez cassé etc ...)

L’association LEA m’a prise en charge et m’a énormément aidée, que ce soit moralement, après un séjour en psychiatrie à Lacan ou en conseils, en aide pour certaines demandes (CAF, aide sociale, avocat, tribunal, logement etc ...)

J’ai trouvé une aide et un conseil sans faille, lorsque ma fille a dû aller voir son père en visite médiatisée, car j’avais beaucoup de mal à accepter cette situation.
Lors du procès en cour d’appel de Paris, j’étais très mal, stressée par cette situation, car je devais me trouver face à mon compagnon pour aller témoigner.

LEA m’a mise en confiance et m’a beaucoup reçue et aidée pour que je puisse assister à l’audience.

Je m’appelle E.R., j’ai une petite fille de 4 ans et je suis agent territorial des écoles maternelles. (A.T.S.E.M.)

E.R. Septembre 2015
QUOI QU°ON AIT A VIVRE, UN JOUR OU L”AUTRE
C”EST DERRIERE NOUS...
PARCE QUE LE TEMPS EST PLUS FORT QUE TOUT.
Jacques Salomé